colocataires-wattamate
Pratique

Les colocataires, qui sont-ils ?

La colocation est un système très anglo-saxon. Pour certains pays comme les Etats-Unis ou l’Angleterre, ce mode de vie est ancré dans une culture profonde.
 En France, le phénomène est en pleine démocratisation au point d’intéresser tous les professionnels de l’immobilier.

Alors, qui sont les colocataires ? Comment ce secteur évolue-t-il en France ?

1 – Les différents profils des colocataires

En France, l’idée que l’on se fait de la colocation se rapproche souvent d’un groupe de plusieurs joyeux lurons, étudiants, en quête continue de fêtes, d’amusements et de sorties.

Hors, ce secteur est en progression constante, en volume évidemment, où l’on observe une progression de nombre de colocataire de 15 à 20% annuel, mais aussi une évolution sociale des profils de personnes cherchant une colocation.

Et contrairement à l’idée reçue précisée plus haut, aujourd’hui, les colocataires sont pour 54% d’entre eux, des actifs.

Dans notre enquête, 41% sont des étudiants tandis que 5% représentent les seniors.

La colocation concerne donc toutes les catégories sociales, toutes les tranches d’âges, toute la population.

2 – Les étudiants

La colocation se présente comme l’une des principales solutions de logement pour les jeunes.

Après le baccalauréat, le départ du cocon familial devient un choix quasi obligatoire pour celles et ceux qui veulent poursuivre leurs études. Choix de l’indépendance, cursus scolaire à suivre dans une autre ville, besoin de découvrir de nouvelles choses, bref, tout un tas de raisons qui font que le départ est inévitable.

L’angoisse de se retrouver dans l’inconnu et seul fait alors surface.
La colocation se présente alors comme une option sérieuse pour faciliter une adaptation dans un nouveau cadre de vie.

Aidés financièrement par la famille ou autres aides sociales, la colocation devient accessible et permet de se lancer définitivement dans une nouvelle aventure de vie.

3 – Les actifs

La colocation a le même écho chez les actifs, mais de façon encore plus prononcé. La fin des études marque le début de la vie active qui signifie aussi la mobilité. Les opportunités de travail sont souvent liées à un éloignement géographique ce qui débouche sur l’interrogation du logement. C’est alors que la colocation apparaît comme la solution la plus efficace pour les actifs qui représentent la majeure partie des colocataires en France.

Là encore l’adaptation à une nouvelle vie, une nouvelle ville et éviter la solitude, font que les actifs sont très friands de la colocation. Financièrement indépendants et solvables, ils sont en recherchent de socialisation, éviter de se retrouver seul, partager leurs expériences de vie. Parfois, la colocation aide aussi sur le plan professionnel, en connectant les réseaux de chaque colocataire, si chacun est actif. Elle permet aussi d’échanger sur des sujets professionnels, des projets, de s’entraider, de se soutenir.

Toutes ces raisons font que la colocation devient un vrai mode de vie privilégié par les actifs aujourd’hui.

4 – Les seniors

Autrefois peu concernés par la colocation, les seniors sont aujourd’hui ceux qui représentent la plus forte progression.

Les besoins sont différents. Là où le fait de partager des intérêts communs, des expériences de vie et où l’affinité est nécessaire pour les étudiants et les actifs, les seniors sont plus en recherche de services (ex : faire les courses, aider au ménage etc.) et de présences humaines.

Arrivé à un certain âge, il est important d’être soutenu au quotidien et la colocation a de quoi apporter une meilleure qualité de vie pour les seniors. Cela peut aussi être un gage de sécurité surtout surtout pour ceux qui sont géographiquement isolés.

Les seniors sont donc en recherche de colocation, pour diverses raisons et les plus jeunes ont tout intérêt à s’ouvrir à l’opportunité de ce type de colocation : de belles histoires sont à écrire.

5 – Des profils plus spécifiques

Nous avons vu les trois grands profils de colocataires, à savoir : les étudiants, les actifs et les seniors.

Mais au sein de ces « catégories » de personnes se tournant vers la colocation, nous analysons d’autres profils, qui rentrent en contact régulièrement avec Wattamate.
Voici quelques beaux exemples.

Tout d’abord, nous avons eu le plaisir d’être en relation avec des chercheurs et des ingénieurs. Ils nous ont fait part de leur intérêt pour la colocation de courtes périodes, mais très enrichissantes pour eux, qui répondraient à leur besoin d’échange. En effet, ils sont souvent amenés à voyager aux quatre coins du globe. Leur besoin est de pouvoir trouver des colocations par affinité avec leurs confrères, étrangers, afin d’échanger sur ce court laps de temps sur leurs méthodes de travail, leurs analyses, leurs travaux. Un échange culturel proche de celui des étudiants ERASMUS, partant à la découverte d’autres modes de vie, de cultures.

Aussi, nous avons échangé avec des familles « monoparentale ». Des mamans, entre autres, qui se retrouvent seules du jour au lendemain et à qui la colocation représente une opportunité de vie. On le sait, il n’est vraiment pas facile de vivre seul et encore moins pour une maman qui doit élever ses enfants et joindre les deux bouts. C’est pour cela que la colocation est une extraordinaire solution pour offrir un nouvel élan et un nouveau départ, comme dans notre exemple, au soleil et à la mer.

Si vous avez prévu de vous mettre en colocation, nous vous conseillons de faire attention avec le choix de vos colocataires ! Pour cela vous pouvez lire notre Top 10 des colocs à bannir !

Retrouvez la communauté de Wattamate sur Facebook et Instagram

Le partage c'est la vie ! Wattamate.com !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *